Plus c’est personnel, plus c’est universel #écrire

souvenir personnel universelJe crois que c’est la peur que j’ai le plus souvent rencontrée, depuis 6 ans que j’accompagne des entrepreneurs dans cette grande aventure de l’écriture.

« Je n’ose pas parler de moi, j’ai peur de paraître trop égocentrique. Et puis d’abord, ça n’intéresse personne, mes petites histoires ! »

C’est vrai, c’est bien connu, la vie des autres, ça n’intéresse personne :).

Le plus drôle, c’est la réponse qu’ils/elles me donnent ensuite, lorsque je leur pose la question suivante : quels sont les blogs que tu aimes lire ?

Ce sont TOUJOURS des blogs à très forte personnalité. Des blogs sur lesquels l’auteur.e parle… de sa vie. Avec humour, profondeur ou poésie. Souvent avec passion.

De sa vie… De ses doutes, de ses questionnements, de ses valeurs, de ses énervements, de petits riens et de grands révélations.

Ce sont des blogs qui parlent de soi, non pas pour se glorifier, mais pour partager. Pour transmettre, pour échanger, pour se libérer, pour autoriser, pour se sentir mieux et faire se sentir mieux, pour se révolter, pour faire avancer les choses, pour offrir… un miroir. Pour vendre, aussi, c’est vrai. Mais pas seulement, loin de là.

Ce sont des blogs sur lesquels les « petites » histoires deviennent un prétexte pour parler d’universel.

Des blogs sur lesquels le « je » est autant celui qui écrit que celui qui lit

Alors, oui, je sais que nombre de « blogs de conseils sur le bloguing » te diront que ta vie, on s’en fout. Que tu dois toujours parler DU lecteur.

Je ne suis pas d’accord. Je penses qu’il est plus naturel de parler AU lecteur. Après tout, qui suis-je pour savoir qui tu es toi, lecteur, lectrice ? Que vous soyez 20 ou 10 000 à me lire, vous êtes tous différents. Vous avez des attentes, des goûts, des problèmes différents !

Alors que moi-même, je me connais relativement bien. En tout cas, je peux utiliser mon expérience comme matériau d’écriture sans craindre de me tromper.

J’aime les blogs qui prennent des risques. Qui prennent position. Les éditorialistes qui proposent une vision, qui explorent, se mettent à nu, d’une manière ou d’une autre. C’est tellement plus intéressant que de rester à la surface. Le lisse, le « comme tout le monde » ça va bien 5 mn…

Je crois qu’on peut utiliser son quotidien en touchant du doigt l’essentiel. J’aime beaucoup le blog de Christophe André qui a d’ailleurs ce don de transformer les anecdotes, a priori superficielles, de sa vie, en leçons de sagesse pleines d’humilité. Et donc universelles.

Je crois qu’on peut aller très loin dans l’intime sans faire de l’étalage ni du sensationnel. Tout se trouve dans l’intention qu’on y met et dans ce qu’on veut créer avec son lecteur.

Pour moi la réponse, c’est d’utiliser sa « vérité » (au sens de ses ressentis, ses expériences) et de partager ce qu’on a vécu, comment on l’a vécu et ce que l’on en a tiré.

40 ans plus tard

On appelle cela l’effet miroir. Je me reconnais dans ce que tu écris. Cela peut m’aider, m’éclairer, m’inspirer, me libérer…

Lorsque l’on part de soi, on est forcément original. Forcément authentique. Forcément personnel. Forcément universel. Car il se trouve toujours quelqu’un qui a vécu une situation similaire et qui s’y reconnaîtra !

J’irai même plus loin : il est de notre devoir de blogueur et d’auteur d’ancrer nos écrits dans le réel ! Bon d’accord, c’est un peu dramatique, mais c’est chez moi une conviction profonde. Car c’est ainsi que nos lecteurs s’identifieront. C’est ainsi qu’ils se sentiront prêts à s’autoriser à… plein de choses en fait ! À créer, à écrire, à parler, à témoigner, à agir, à changer, à évoluer, à ralentir, à aimer, à quitter, à inspirer…

Effet miroir, je te dis. Y a pas mieux :). Et mon métier, c’est de te tendre un miroir et de t’ouvrir à ce monde-là. Te donner confiance, te montrer les possibles, te faire passer de l’envie à la réalité. Mon métier c’est de débloquer les peurs liées à l’écriture, à la création, à la publication…

Mon métier c’est de t’aider à trouver TES mots, TA façon de les mettre au monde.

Est-ce que c’est facile ? Non

Mais, c’est là que la magie opérera. La connexion impalpable, inexplicable. Le truc qu’on ne sait pas forcément traduire en mot. Un blog, c’est comme une maison ou un magasin. On s’y sent bien, ou pas. On a envie de rester ou de repartir aussitôt. On se sent accueilli ou intrus. On se sent invité ou proie potentielle.

Ras-le-bol de la technique froide, du marketing bullshit, du lisse, du sans identité qui pourrait être écrit par n’importe qui (ou un robot, ils sont de plus en plus perfectionnés…).

Je veux du sang et des larmes ! Des éclats de rire et de la rébellion ! Des failles et des exploits de ouf ! Des « ouiiiiiiiii », des « moi aussi ! », des « je me reconnais tellement », des « ça me parle, tu peux pas savoir ».

Pour apprendre, comprendre, ressentir, partager et acheter, j’ai besoin de m’identifier, de me sentir concernée. Et pour moi, cela passe par la « vérité » de l’autre. Son authenticité, terme ô combien galvaudé, mais je n’en trouve pas d’autre. Les concepts, les méthodes, les idées générales, c’est bien joli, mais c’est superficiel.

Tous les blogs que je lis sont écrits avec le cœur et les tripes, quel que soit le sujet. Tous profondément imprégnés de l’identité de leur auteur. Tous signés.

Il y a une patte, un style, un truc en plus.Et ce n’est pas forcément un talent exceptionnel d’écriture. Non, c’est plutôt cette autorisation personnelle que l’on se donne d’ouvrir une fenêtre sur son monde intérieur. Sur sa richesse. Sur ses paradoxes.

S’autoriser à être vulnérable à travers ses écrits, c’est d’une très grande puissance.

Tous les blogs que je lis sont ainsi. Le mien aussi, je pense.

Tous personnels. Tous universels.

*Titre inspiré par Frédéric Lopez, dans l’émission « Mille et une vies ». Photos persos de moi-même 😉 1975 (© Denis Plaine) – 2015 (© Laurence Papoutchian).

PS : aujourd’hui, c’est mon anniversaireeeeeeeeeeeeeeee !

9 Commentaires

  1. Amen !

    Moi je veux bien ta liste de lectures web préférées 🙂

    Répondre
    • Bonne idée Anouk, j’en ferai un article !

      Répondre
  2. Yes ! J’avais raté cet article ! et hâte de découvrir ta liste également 😉

    Répondre
    • Ah ah ! Normal, je n’ai pas encore communiqué dessus 😉

      Répondre
  3. Happy birthday mon canard !!!! <3
    C'est le billet que je n'arrivais pas à trouver dans mes mails et j'en étais bien triste ! Mais je crois que c'est parce que j'avais besoin de le lire aujourd'hui 🙂 Merciiiiiiiii <3

    Répondre
    • Ah ! C’est normal je n’en ai jamais parlé 🙂

      Répondre
  4. Je suis tellement à 100% d’accord !!
    Quand j’ai commencé mon blog, je n’osais pas trop non plus parler de moi, je cherchais plutôt à retransmettre des grandes théories et puis je me suis moi même saoulée :))) je me disais que ça restait tellement en surface que ça ne pouvait pas plaire et faire percuter les gens !
    Les grandes théories y’en a marre, ce qu’on veut c’est comprendre comment une personne comme nous à réussi à devenir ce que l’on rêve d’être ! alors aujourd’hui je raconte ma vie, mes expériences, mes compréhensions, mes doutes, mes réussites. Comme des témoignages qui montrent la vrai vie quoi, et qui aident les lecteurs beaucoup plus que les grandes théories « pour être heureux cliquez ici » parce qu’ils peuvent s’identifier à nos échecs, à nos doutes, et à ce qui fonctionnent ! Et forcément, comme tu le dis si bien, au moins, c’est du 100% authentique !

    Répondre
    • Voilà 🙂 à 100% 😉

      Répondre
  5. L’écriture comme un engagement envers soi et envers les autres. J’aime beaucoup ce que vous expliquez sur le « personnel » dissous dans « l’universel » et inversement.

    L’écriture est une invitation à se vivre pleinement.

    Je vous remercie pour cette réflexion.

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

221ec4da5416991b13221a79583c9b79~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~