Soyons là où on ne nous attend pas

Inattendue... © Andrew KazmierskiEn communication comme dans la vie, vous avez toujours le choix : faire comme les autres « parce que » ou faire comme vous avez envie.

Et si vous faites comme vous avez envie, à votre avis, est-ce que vous ferez toujours la même chose, de la même façon ?

Si vous êtes comme moi, certainement pas.

Si vous êtes curieux et créatif, si vous êtes multi-passionné, si vous aimez passer d’un extrême à l’autre, si vous êtes ouvert à la nouveauté, à la différence…

Nous sommes tous singuliers, mais nous sommes également des personnalités complexes et changeantes, autour de notre axe. Comme une algue profondément ancrée mais capable d’une danse de mouvements gracieux et imprévus, au gré des courants. En fait, nous sommes mieux que l’algue, qui se laisse porter, nous savons créer nos propres courants…

Nous sommes à la fois « unique et multiple ».

Ne soyons pas là où on nous attend…

Nous avons des rêves et des passions qui parfois étonnent, car, à première vue, ils ne nous ressemblent pas. Lorsque je dis que j’adore lire, je n’étonne personne. Lorsque je dis que j’aime les thrillers bien glauques, là on me regarde de travers. Comme si l’on ne pouvait pas apprécier autant Jane Austen que Stephen King…

Comme si l’on devait rentrer dans une case et ne jamais (au grand jamais) en sortir, même pas juste pour jeter un œil à l’extérieur. Ce qui est vrai dans la vie personnelle est encore plus vrai dans la vie professionnelle.

Je crois qu’une des choses les plus tristes et décourageantes qu’il m’ait été donné d’entendre en entreprise, c’est « on a toujours fait comme ça, alors pourquoi changer ? ». Il ne s’agit pas de changer pour changer, mais pour faire repartir le feu ! Pour créer une étincelle, apporter un peu de folie, fissurer les murs de l’habitude, questionner les certitudes, trouver de nouveaux chemins…

::: Quand on est au lycée, il faut choisir : tu seras scientifique OU littéraire, ma fille.
::: Quand on est salariée, il faut choisir : tu seras obéissante OU à la porte, ma grande.
::: Quand on est entrepreneur, il faut choisir : tu auras une petite OU une grande boîte, ma jolie.

Je ne veux pas choisir, je veux tout, je veux pouvoir changer, je veux pouvoir tester. Essayer un « truc nouveau ». Suivre mon inspiration, me lancer des défis, tout en respectant qui je suis. Explorer de nouvelles facettes, encore et encore.

Parce qu’être dans la case qu’on nous a choisie, bien au chaud, c’est sclérosant. Sentez-vous l’ennui qui s’abat sur vous ? En ce qui me concerne, dès que la routine s’installe, je n’ai qu’une envie : tout envoyer balader. Pas forcément faire la révolution (quoique, au final, c’est ce qui peut se passer…), mais faire différemment.

Et c’est là que la surprise arrive, la vraie, aussi inattendue pour l’émetteur que le récepteur, bien souvent. Car surprendre vraiment, profondément, n’est pas forcément volontaire. Car essayer de surprendre est souvent moins efficace que faire comme on le sent et surprendre un peu malgré soi. La nuance est de taille. Lorsque c’est fait exprès, on peut vite tomber dans la provocation ou le ridicule, ce qui en soit n’est pas grave, mais est-ce que, finalement, cela nous ressemble ? Pas forcément…

… Mais toujours là où nous voulons être

J’en suis persuadée, lorsqu’on est soi, lorsqu’on agit comme cela fait sens pour soi, lorsqu’on met en pratique ses valeurs naturellement, on est là où on doit être. Pas là où nos proches, nos clients, la société s’attend à ce qu’on soit (pas forcément consciemment d’ailleurs).

C’est Bourvil dans « Le Cercle rouge », c’est Nirvana unplugged, ce sont tous ces entrepreneurs dont on sent qu’ils réinventent leur business chaque jour, tout en douceur. Ce sont tous ceux qui cassent joyeusement leur image, sans jamais se renier eux-mêmes…

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’être comme tous les autres ou agir chaque jour comme la veille, c’est… ennuyeux. Mortellement ennuyeux.

Récemment, je suis « tombée » sur un documentaire à propos des labels de musique indépendants, avec de nombreuses interviews d’artistes ayant fait ce choix plutôt que de se tourner vers une major connue et reconnue. Un vrai choix artistique et humain, pas un choix par défaut.

Écouter ces chanteurs que j’aime, parler d’intuition, d’alchimie, de rencontre, d’évidence, c’est quand même autre chose que les discours où le marketing et le commercial ont pris le pas sur tout le reste. Et, cerise sur le gâteau, la passion et la confiance n’empêchent pas, loin de là, de faire du marketing et de la com’. Au contraire, on sent une telle indépendance d’esprit, un tel respect du label pour pour l’univers et la personnalité de ces artistes qu’ils peuvent pleinement s’exprimer, en toute cohérence avec eux-mêmes, en toute liberté, sans compromis.

Et le succès, qui arrive par des voies nouvelles, par le net, les réseaux, les concerts, de façon différente. Ce succès qui surprend les « experts », ceux qui avaient prédit que « jamais ça ne marcherait »… Pourtant, ils ont pris ce risque fou, ce risque vital.

Christine and the Queens, Cats on trees, Shakaponk, London Grammar : ils ont tous misé sur le temps, la patience, la persévérance, leur audace, leur différence, leurs rêves. Pourquoi pas nous, pourquoi pas vous ?

Faire de sa vie un art ©-zimmytws

Je lis beaucoup de blogs, j’en découvre chaque jour de nouveaux et pourtant peu d’entre eux deviennent des « indispensables ». Je ne finis par garder que ceux dans lesquels la personnalité de l’auteur est si forte que chaque billet est en soi une aventure. Ma façon à moi de voyager ! À travers l’immense pays des singularités…

S’écouter, laisser parler ses envies profondes et son grain de folie, s’élancer… Oser, mais pas forcément ce que la société nous demande d’oser.

Rester loin des règles, des codes immuables et des conseils figés. Construire SON business, SA communication, SA vie.

Équilibre subtil et mouvant

Être là où on veut être et PAS là où on nous attend, pas là où les autres pensent qu’on devrait être, c’est…

… toute la différence entre le talent et la compétence

… toute la différence entre l’impro et la non-préparation

… toute la différence entre être pro et faire pro

… toute la différence entre créer et travailler

En fait, c’est l’innovation naturelle par la vie.

S’autoriser à surprendre, dans son entreprise, dans sa vie quotidienne, c’est autoriser toutes les facettes de votre personnalité à s’exprimer. Au moment où elles ont envie (besoin) de s’exprimer. C’est faire de sa vie une œuvre d’art, simple, unique et puissante, sans ostentation.

S’autoriser à s’affranchir du regard des autres, ou plutôt recueillir celui qui est bienveillant et motivant et repousser gentiment celui qui n’est que peur ou jalousie.

S’autoriser à être différent ou à ne pas l’être « forcément », à explorer , à changer d’avis, à se tromper, à réussir, à entreprendre…

N’ayez peur ni de décevoir ni d’enthousiasmer. Faites. Le reste ne vous appartient pas et pourrait bien vous surprendre !

À chaque fois que j’ai agi avec l’intention d’étonner, voire d’épater, j’ai fait chou-blanc.

À chaque fois que j’ai laissé mon instinct prendre le pouvoir, j’ai eu des retours étonnants et étonnés.

Surprendre ne se commande pas, être multiplement soi suffit largement…

Être là où « on nous attend », c’est facile. Il suffit d’apprendre puis de suivre les règles.

Être là où « on ne nous attend pas », c’est le travail de toute une vie, celui de la connaissance de soi, des autres, de ces liens qui se tissent entre nous, aussi solides et fragiles à la fois qu’une toile d’araignée. C’est l’expression de nos talents naturels, c’est notre éclat personnel…

Soyons là où on ne nous attend pas.
Soyons vivants, tout simplement.

J’ai écrit ce billet après une discussion riche et passionnante avec mon amie Céline Boura. Je devrais plutôt dire « nous avons écrit chacune un billet ». Une même idée, un même titre, pour deux visions, deux styles qui se complètent et se répondent. Je vous propose de découvrir son texte « Soyons là où on ne nous attend pas ».

 

21 Commentaires

  1. … toute la différence entre le talent et la compétence
    … toute la différence entre l’impro et la non-préparation
    … toute la différence entre être pro et faire pro
    … toute la différence entre créer et travailler

    tout est là, comme toujours, tu as les bons mots pour appréhender chez moi, les angoisses et les freins…
    car oui, la réalité est que je suis partout… du mauvais côté de la phrase…
    un héritage d’excellence qui rend « à l’identique » qui te fais être « ce que veulent les autres de toi »…
    j’ai peut-être enfin compris ma problématique…
    il serait temps…
    2015 va donc être… ma remise en question, ma quête de ce que j’ai envie, MOI, d’être, au monde, aux autres, à mes amis/ies, mes proches et ma clientèle…
    Merci Morgane 😉
    Toujours et encore

    Répondre
    • Chère Anabelle, tu sais, ça prend toute une vie pour se comprendre soi-même, surtout vu le temps qu’on passe à essayer de comprendre les autres ! Tu vas y arriver… Haut les coeurs 😉

      Répondre
  2. Merci Morgane pour cet article revivifiant ! Ah c’que ça fait du bien 😉 !

    Répondre
    • Avec plaisir Karyn !

      Répondre
  3. Quel article inspirant!
    Je suis persuadé que si chacun de nous sommes ici bas, c’est pour créer une petite différence chacun à sa manière et c’est pourquoi nous avons chacun notre personnalité, nos passions, nos rêves…
    En parlant d’artiste indépendant qui ont réussi: Lindsey Stirling!

    Répondre
    • Merci Aline pour cette découverte : je kiffe ! Oui, tous différents, tous passionnants, j’y crois

      Répondre
  4. Ya plus qu’à !

    Répondre
    • Just do it (à zut c’est pris).
      Parce que tu le vaux bien (ah zut, c’est pris aussi)
      On bouge les fesses et on y va (ça c’est bon, je pense 😀 )

      Répondre
  5. Qu’est-ce que tu sais bien trouver les bons mots Morgane ! Ceux qui font vibrer, Qui touchent a l’endroit précis ou l’on en a besoin… tu me donnes belle matiere a reflechir pendant les fetes… Merci pour cet article magnifique !

    Répondre
    • Merci Julien, j’accueille avec beaucoup de plaisir ce compliment !

      Répondre
  6. Avoir le choix ! j’ai compris ça quand j’ai pris conscience que j’étais trop….entier. Je me suis forcé mais rien n’y fait, l’envie me fait avancer. Je suis moi et cela trouble certaines personnes qui ne comprennent pas que tout ce que je fais n’entre pas en conflit au contraire. la richesse est dans la diversité et la singularité.

    Merci Morgane

    Répondre
    • Trop entier ? Allons bon, c’est mieux que trop en morceaux 😉 Merci Abdelhamid

      Répondre
  7. Merci Morgane! Votre texte me parle beaucoup en ce moment. Il vient à point.
    Au plaisir de lire d’autres articles.

    Répondre
    • Avec plaisir Claire

      Répondre
  8. je me reconnais dans ce que tu dis je ne rentre pas dans les cases, les gens qui me connaissent dans un domaine sont surpris de découvrir ma personnalité dans un autre contexte. J’aime beaucoup tes références aussi.
    je vois bien le rapport avec mon article : je pense en effet que si certains parlent de laïcité et en font leur  » cheval de bataille » ce n’est pas par conviction, mais parce que c’est dans l’air du temps. on en parle donc ils en parlent mais si personne n’en avait parlé avant eux ils en auraient eu… rien à faire !
    Même les conversations peuvent être formatés, les opinions dirigées…
    Osons être là où on ne nous attend pas, osons simplement être soi.

    Répondre
    • Oser être soi, le grand défi de la vie ! Merci 🙂

      Répondre
  9. Bel article, inspirant en cette période de « bonnes » résolutions. Se libérer, un enjeu formidable, mais parfois difficile. Se heurter à l’opposition des proches quand on a une forte sensibilité et un grand besoin d’affection, ce n’est pas toujours facile. Et puis nos choix sont-ils légitimes s’ils impliquent d’autres personnes, notamment des enfants. Mais le plus important est d’au moins se laisser la liberté d’esprit d’y penser.
    Merci !
    Adeline

    Répondre
    • Merci Adeline !

      Répondre
  10. Bonjour !
    A l’heure où je me lance en qualité de rédactrice freelance et où de grands changements s’opèrent, plusieurs de vos articles résonnent en moi. Je vous rejoins totalement sur énormément de point de vue et sur le fond de vos articles, alors merci pour le partage et pour cette énergie qui me pousse encore plus en avant ! La créativité déborde, l’authenticité est pour moi une priorité alors vous lire était un délice !

    Répondre
    • Oh ! Merci Sarah et n’oubliez pas de venir mettre un lien vers votre blog le jour où vous en aurez un !

      Répondre

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le conte du n’importe quoi | bonjour1sourire - […] C’est au tour d’un « grand n’importe quoi », suggéré par Morgane : débrouille-toi / elle est déjà partie. Oui, nous…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9097af7c988f2fe7547a10213b323c83llllllllllllllllllllllllllll